• 410

    personnes

  • 120

    chercheurs et enseignants-chercheurs

  • 80

    ingénieurs, techniciens et admnistratifs

  • 18 000 m²

    dont 2 900 m² de salles blanches

  • 4

    départements de recherche

  • 1

    laboratoire international associé

  • 1

    Centrale de technologie

  • 3

    plateformes d'expertise

Le C2N

Un laboratoire du CNRS et de l'Université Paris-Sud

Le Centre de nanosciences et de nanotechnologies - C2N (CNRS/Université Paris-Sud - Université Paris-Saclay), a été créé le 1er juin 2016 du regroupement de deux laboratoires franciliens leaders dans leur domaine : le Laboratoire de photonique et de nanostructures (CNRS) et l'Institut d'électronique fondamentale (CNRS/Université Paris-Sud). En 2018, les équipes s’installent dans un nouveau bâtiment au cœur du Campus Paris-Saclay.

Le collège de direction du Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies est composée du directeur, Giancarlo Faini, des quatre directeurs adjoints Laurent Vivien, Dafiné Ravelosona, Pierre-Yves Joubert et Jean-Christophe Harmand, ainsi que de la secrétaire générale Vanessa Tocut.

Le C2N

Un laboratoire sur la plateau de Saclay

 

La création du C2N sur le plateau de Saclay se place dans une perspective ambitieuse. Le Centre tire profit de sa localisation très favorable aux échanges avec les laboratoires académiques et avec la R&D du tissu industriel local. Il met en synergie les anciennes équipes de l’IEF et du LPN et rassemble des forces critiques sur des axes de recherche clés. Il répond à deux objectifs principaux indissociables :

  • constituer un laboratoire phare pour la recherche en Nanosciences et en Nanotechnologies
  • doter le plateau de Saclay et l’Ile-de-France d’une grande Centrale de Technologie ouverte à tous les acteurs académiques et industriels du domaine, en particulier les franciliens

 

La science au C2N

Le centre développe des recherches dans les domaines des matériaux, de la nanophotonique, de la nanoélectronique, des nano-bio-technologies et des microsystèmes, ainsi que dans ceux des nanotechnologies. Sur ces sujets, il traite les aspects fondamentaux et appliqués. L’unité est structurée en 4 départements scientifiques :

Département Photonique

En lire +

Les recherches en photonique s’appliquent aussi bien à des sujets très fondamentaux comme le contrôle et la manipulation de l’information quantique qu’à des problématiques visant des applications à court ou moyen terme dans les domaines des technologies de l’information, de l’énergie photovoltaïque, ou encore de l’imagerie biomédicale et des capteurs. De par sa taille, ce département représente une des forces les plus importantes sur la photonique au niveau européen.

Trois axes fédérateurs sont développés : Nanophotonique non-linéaire et quantique, Photonique sub-longueur d’onde et nano-objets et Dispositifs photoniques et nanophotoniques.

Département Matériaux

En lire +

Les matériaux sont le fondement d’une grande majorité des thématiques du C2N. Innover dans ce domaine est essentiel. Comprendre les mécanismes de croissance et corréler les propriétés des matériaux avec leurs conditions d'élaboration sont les grands enjeux à relever. Ces objectifs font appel à des moyens de synthèse et d'analyse avancés et au développement d'outils théoriques et de modélisation adaptés. Les activités en sciences des matériaux portent principalement sur des nanostructures à base de semi-conducteurs III-V, de Si/Ge, de nouveaux matériaux 2D, d'oxydes fonctionnels et de métaux. L'hybridation de ces divers matériaux est un autre défi ouvrant vers de nouvelles fonctionnalités. Ces activités sont en couplage fort avec la photonique, la nanoélectronique, les composants et les systèmes.

6 axes fédérateurs sont développés : Objets de basse dimensionnalité, Hybridation, Interfaces mixtes, Matériaux topologiques, Stratégies d’intégration, Théorie, modélisations, simulations, et Analyses.

Département Nanoélectronique

En lire +

En cherchant à tirer parti des nouveaux concepts physiques en jeu dans les phénomènes observés à l'échelle nanométrique, les recherches menées en Nanoélectronique vont de l’étude fondamentale de circuits quantiques à la réalisation de nouveaux nanodispositifs basés sur la manipulation de plusieurs variables d'état (charge, spin, phase) en passant par le développement d’architectures innovantes telles que les circuits bio-inspirés. 2 axes fédérateurs sont développés : Physique dans les nano-composants basés sur la charge et le spin et Simulation, théorie, architecture.

Les acteurs du C2N ont tissé des liens très étroits non seulement avec les autres acteurs du plateau mais aussi avec des industriels majeurs qui ont permis de grandes premières dans ces domaines. Cet ensemble d’acteurs constitue sans doute l’une des plus fortes concentrations de compétences en nanophysique et en électronique de spin en Europe.

Département Microsystèmes et Nanobiofluidique

En lire +

Les nanosystèmes électromécaniques (NEMS), dont l’émergence est récente, ont montré un fort potentiel pour l'étude de phénomènes physiques fondamentaux ou pour la réalisation de capteurs ultrasensibles et de micro-horloges.

Par ailleurs, les applications des micro-nano-technologies au domaine de la santé constituent à l’évidence un domaine majeur, tout particulièrement sur le territoire de l’Île-de-France qui rassemble la plus grande concentration de Centres Hospitaliers Universitaires d’Europe.

3 axes fédérateurs sont développés : Micro- Nano- Systèmes et Instrumentation, Micro- Nano- Dispositifs pour applications biomédicales et Micro- Nano- Fluidique et Biotechnologies.

Une instrumentation de pointe
 

Sa forte activité en instrumentation fait du C2N un acteur à l’état de l’art mondial dans le développement de nouveaux instruments pour les nanotechnologies. Avec ces instruments, des nano-objets sont réalisés, analysés et mesurés avec un contrôle et des résolutions spatio-temporelles ultimes. Ces instruments sont également développés et commercialisés en partenariat avec les équipementiers leader du domaine.