Soutenance de thèse

  • semin image

    Mesure de spins uniques avec des photons uniques

    C2N - Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies, , Palaiseau

    Clément Millet

    Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies, C2N, Palaiseau

    Soutenance de thèse

    Abstract :

    Un réseau quantique reliant des qubits stationnaires via des canaux photoniques pourrait permettre de surpasser les protocoles de communication et de calcul classiques. Une interface entre des qubits matériels stationnaires et des qubits photoniques messagers serait alors indispensable pour faire circuler l’information quantique dans le réseau.

    Cette thèse présente le développement d’une interface à l’état solide, où un qubit de spin stationnaire, un électron ou un trou unique piégé dans une boîte quantique semi-conductrice, interagit avec un qubit photonique dans une cavité micropilier. L'interaction spin-photon se produit via la rotation Faraday induite sur la polarisation des photons réfléchis, et dépendante de l’état du spin. Des expériences de tomographie de polarisation, et de corrélations croisées entre photons dans diverses bases de polarisation, permettent de quantifier l’efficacité de l’interface spin-photon. Notamment, on s'intéresse à effectuer des mesures partielles de l'état de spin par un unique photon détecté, et à extraire de multiples informations sur les dynamiques de charge, de spin, et de relaxation radiative, dans les échantillons fabriqués au C2N.

  • semin image

    Plateforme microfluidique de lyse, tri et détection : vers un diagnostic rapide de la septicémie.

    Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies, Amphithéâtre,

    Choayb OMAR

    Centre de nanosciences et de Nanotechnologies, C2N, Palaiseau

    Soutenance de thèse

    Jury members :

    Benoit Charlot, Directeur de Recherche, IES (UMR5214), Montpellier, Rapporteur 

    Yong Chen, Directeur de Recherche, ENS (UMR8640), Paris, Rapporteur

    Gaelle Lissorgues, Professeur, ESIEE, Examinatrice

    Bruno Le Pioufle, Professeur, Université Paris Saclay ENS, Palaiseau, Examinateur

    Isabelle Le Potier, Maitre de Conférence, CNRS (C2N), Palaiseau, Directrice de thèse

    Anne-Marie Haghiri Gosnet, Directrice de Recherche, CNRS (C2N), Encadrante

    Jean Gamby, Chargé de Recherche, CNRS(C2N), Invité

    Hervé Jacquier, Praticien Hospitalier, Hôpitaux universitaires Henri Mondor, Créteil, Invité

    Abstract :

    L’incidence de la septicémie est en augmentation et la mortalité des cas sévères est toujours majeure. Il a été montré que la mortalité augmente dès la première heure de retard d’un traitement antibiotique adéquat. Or, du fait de l’augmentation de la résistance aux antibiotiques, l’inadéquation du traitement antiinfectieux, empirique ou de première intention, peut aller jusqu’à 20-30% des cas. L’antibiothérapie ne peut être adaptée qu’après 2 à 3 jours après le début du sepsis, car les résultats complets d’hémocultures positives comprenant la primo-culture, l’identification et l’antibiogramme nécessitent en général de 24h à 72h après le début de la septicémie. Etre capable de détecter et caractériser l'agent pathogène directement dans l'échantillon de sang pour pouvoir administrer un traitement antibiotique adapté dans les heures qui suivent le début du sepsis est donc un enjeu très actuel. Dans ce contexte, nous souhaitons développer des dispositifs microfluidiques multiplexes permettant d'effectuer la détection d'agents pathogènes responsables d'infections sévères et d'étudier leur résistance aux antibiotiques. Ces plateformes fluidiques comprendront 2 modules permettant : 1/ d'extraire les agents pathogènes (bactéries) présents dans le sang de patients atteints d’infections, et 2/ de réaliser une analyse génomique de l’ADN bactérien avec une identification moléculaire par détection électrochimique sensible et directe sans amplification PCR. L'objectif final des travaux sera d'obtenir un prototype brevetable qui pourrait être transféré dans l'industrie en vue du développement d'un dispositif médical utilisable en milieu hospitalier.